fbpx

Petit manifeste du droit de vivre pleinement

par | Juin 11, 2021

Manifeste de ta vie

On démarre tous nos vies avec une règle commune.

On nous a offerts, par dieu sait quel phénomène étrange, le droit de vivre 80 à 100 années dans cet endroit étrange que nous appelons « la Terre ».

Parfois c’est plus, parfois c’est moins, mais si on a de la chance, on dispose d’environ ce nombre d’années.

Depuis notre premier jour, ceux qui sont arrivés ici avant nous essaient de nous aider à savoir quoi faire de ce temps.

Et il y a un message qui revient finalement assez souvent dans ces discours.

On nous invite à trouver le moyen de « gagner notre vie ».

Les voies qu’on nous présente pour y arriver sont diverses, mais la destination est la même.

Et finalement la stratégie aussi :

1 : Apprendre des choses qui nous permettront de gagner notre vie.

2 : Travailler pour gagner notre vie.

3 : Et puis peut-être pendant un moment, plutôt vers la fin, en profiter un peu.

Et encore, rien n’est moins sûr…

Je ne suis pas encore bien avancé dans ma propre aventure sur cette planète étrange.

Au moment où j’écris ce texte seulement 27 années de mes 80 se sont écoulées.

Mais je ne peux pas m’empêcher de me questionner.

Est-ce qu’il n’y a vraiment que ça ?

Tu vois, je crois vraiment qu’on s’est trompé…

Qu’on passe une bien trop grande partie de nos 80 années à simplement attendre la fin de la journée et de la semaine.

À nous plaindre d’une carrière et d’un travail qui certes mettent des euros dans nos comptes bancaires mais ne nous offrent que peu d’autres choses.

En nous répétant qu’on aurait dû faire d’autres choix, et que ça aurait pu être mieux si seulement…

Mais que tant pis, il faut faire avec, lever la tête en se disant que plus tard ce sera différent.

Je crois vraiment qu’on s’est trompé.

À vouloir à tout prix grimper l’échelle sociale et financière pour avoir ces choses auxquelles on rattache notre quête du bonheur et de l’épanouissement.

Seulement pour nous rendre compte que le cycle recommence avec le prochain désir matériel futile.

À, sans même s’en apercevoir, prendre des décisions financières qui nous enfoncent encore plus profondément dans la dépendance de ce « travail » dont on ne veut plus vraiment au fond.

Est-ce qu’il n’y a vraiment que ça ?

Travailler pour gagner notre vie, en espérant qu’un jour qu’elle nous plaira vraiment sous tous ses angles ? 

Ne mérite-t-on pas mieux ?

Est-ce que ce miracle, aussi improbable qu’il soit, de la vie qu’on nous a offerte, ne mérite pas d’être davantage honoré ?

Je n’ai aucune certitude sur ce qui arrivera à la fin de mes 80 années.

Ni même demain si je suis franc.

Mais ce qui est sûr, c’est que je suis décidé à ne pas simplement les regarder passer.

Je n’ai pas à gagner ma vie, ma vie je l’ai déjà.

Et je la vivrais selon mes propres convictions, valeurs et règles.

Pas parce qu’on m’a dit qu’il était enfin temps d’en profiter.

Mais parce que je sais, que comme chacun d’entre nous, j’ai en moi le potentiel de créer librement une existence qui me ressemble et m’épanouit.

Je sais évidemment que ça ne sera pas une tâche facile.

Orelsan nous l’a déjà tous dit.

Mais ce n’est pas non plus facile d’être spectateur de sa propre vie alors même qu’on la déteste.

De regarder tous les jours les mêmes scènes redoutées défiler. 

Nos pupilles ternies par la monotonie de notre existence.

Ce n’est pas facile de rêver sans jamais rien faire.

Ce n’est pas facile de renoncer à la passion et à l’épanouissement.

En fait, ça ne m’intéresse pas de savoir si c’est facile ou non.

Il n’existe aucune voie facile dans cette vie.

Ce qui m’intéresse, c’est de savoir ce que tu veux, au plus profond de toi.

Je suis convaincu que n’importe qui, peu importe son âge, genre, origine ou croyance, a le droit de vivre sa vie selon sa propre définition d’une vie bien vécue.

Quoi que l’on fasse, nous aurons des efforts à fournir.

La vraie décision, c’est de choisir au service de quoi nous allons mettre ces efforts.

On t’a offert 80 années à vivre. Qu’est-ce que tu vas en faire ?

Peu importe ta réponse, je te souhaite seulement d’en profiter, dès maintenant, dans toute sa splendeur.

Personne d’autre ne peut le faire pour toi.

 

Je partage régulièrement des réflexions comme celle-ci dans ma newsletter hebdomadaire pour les indépendants.